separator
Sur le CD937 à hauteur du feu tricolore du Mont sans Pareil et sur le territoire de Verquin, fut érigée une stèle en souvenir des soldats et résistants tués sur les communes de Verquin et Verquigneul, durant la guerre 39/45. Stèle
separator

Ma√ģtre d'oeuvre : Augustin LEMOINE Fils (B√©thune)
Texte de la dédicace :


Les communes de Verquigneul et Verquin
aux braves tombés au Mont Sans Pareil
Guerre 1939-1945



BAILLEUL Lucien, CARON Léopold, DANVERS Albert, DROUIN Jules,
DUPUICH Narcisse, HUYS Henri,     IRVINE Robert, IVALDI Julien,
JACQMART Louis, KNOERR Auguste, LEBARS André, LOUVET Charlemagne,
LUTREAU Philippe, NAKREWICZ Cseslaw, RENEL Jean,
BIEVET Jean-Baptiste

separator

Descriptif : Plaque en labrador noir√Ętre avec lettres grav√©es en argent√©es (1m sur 0,80m)


Autorisation du 19 mars 1948 (source: page perso orange -> mémoire de pierre -> Verquin).
Pendant la seconde guerre mondiale, Verquigneul fut relativement √©pargn√©e. Il n'y eut pas de s√©jour permanent de troupes allemandes chez nous. Le village re√ßut quelques obus lors de l'arriv√©e des blind√©s de Rommel par le sud. Un accrochage eut lieu au Mont Sans Pareil, qui co√Ľta la vie √† plusieurs personnes. Une st√®le en perp√©tue les noms. Quelques bombes s'√©gar√®rent sur notre territoire, lors de bombardements de la centrale √©lectrique de Beuvry.
Il faut ajouter que si des accrochages avec des r√©sistants lors de la lib√©ration, n'entra√ģn√®rent aucune victime parmi les verquigneulois, plusieurs habitants firent l'objet de d√©portation.¬† Le premier fut Emile Lemoine, arr√™t√© par les autorit√©s fran√ßaises et d√©port√© en Afrique du Nord, o√Ļ¬† il mourut de privations.
Citons également : Léon Lemaire déporté à Bochum, mais qui en revint, comme Albert Buisine et Maurice Thellier. Raymond Bienaimé ( mort à Dachau ), Albert  Thellier   ( qui fit partie d'un convoi au départ de Compiègne vers le camp de Neuengamme le 21 mai 1944 et mort lui aussi en déportation), Georges Crosset qui décéda au camp de Zchopau
Raymond Bienaim√©, qui habitait la petite maison, aujourd'hui d√©truite, du garde-barri√®re au passage √† niveau de la rue "des d√©port√©s", fut un jour convoqu√© √† la Kommandantur, d'o√Ļ il ne revint jamais. Il fut enferm√© √† la prison de Loos les Lille, puis en Belgique, pour d√©c√©der de maladie dans le sinistre camp de Dachau le 9 f√©vrier 1945..
Pour √™tre tout √† fait exact, il faut signaler que la r√©sistance eut quand m√™me une victime chez¬† nous, en la personne d'un auchellois, le capitaine Louis Jacquemard, tu√© le 19 ao√Ľt 1944 par une patrouille allemande, √† 17h30, sur la route nationale, au niveau de la maison habit√©e alors par M. Chavalle.
André Van Semmortier

Sources :

Jean Baclet. Verquigneul, les fléaux, les guerres.
Jean Delbarre
Internet: les camps de concentration durant la seconde guerre mondiale