√Člections r√©gionales


Élections régionales, mode d'emploi

Les élections régionales auront lieu les dimanches 14 et 21 mars de 8 h 00 à 18 h 00

Avec le projet de réforme territoriale, c'est sans doute la dernière fois que le scrutin à deux tours est appliqué. Dernier grand rendez-vous électoral avant 2012, les résultats vont permettre aux partis de jauger leurs forces avant la Présidentielle.

  • Combien de conseillers ?
    Dans la région, ils sont 113 conseillers régionaux, 70 du Nord et 43 du Pas-de-Calais. Le groupe communiste et républicain compte 19 élus ; le groupe socialiste, citoyen et radical, 47 ; Les Verts, 7 ; la Majorité présidentielle, 20 ; le Rassemblement pour l'unité nationale et l'intérêt régional, 8 ; les Nationaux et indépendants, 5 ; les non-inscrits, 7.

  • Élus pour combien de temps ?
    Six ans, en temps normal. Mais cette année, pour cause de réforme, ils ne siégeront que quatre ans. En 2014, il faudra donc retourner aux urnes, cette fois pour élire des conseillers territoriaux.

  • Quelles compétences ?
    La Région s'occupe d'éducation. Elle a en effet la charge des lycées : elle en assure l'entretien, la construction, ou encore la sécurité. La Région a également compétence pour intervenir sur les infrastructures de transport tels que les routes, les voies ferrées et le transport fluvial. Elle gère les gares et fixe horaires et tarifs des billets de TER. Enfin, elle peut intervenir dans le domaine économique, en accordant des subventions à une entreprise.

  • Comment se forme une liste ?
    Si les listes sont régionales, chaque parti doit fournir un contingent de candidats par département. Ceci pour permettre aux électeurs de mieux les identifier. La liste doit être paritaire entre hommes et femmes, en alternance. Dépôt des listes du 8 au 15 février.

  • Selon quel mode de scrutin ?
    Le scrutin se déroule à la proportionnelle, c'est-à-dire que les élus sont désignés en fonction du score de leur parti et de leur place sur la liste. Si une liste obtient la majorité absolue, il n'y a pas de second tour. Dans le cas contraire, pour se maintenir au second tour, il faut avoir réalisé un score d'au moins 10 %. Les listes ayant réalisé entre 5 et 10 % peuvent fusionner avec d'autres. C'est ce que l'on appelle les alliances, tout l'enjeu des tactiques politiques actuelles. Il existe une prime majoritaire pour le parti se plaçant en tête des suffrages : il reçoit 25 % des sièges. Le reste est réparti entre les listes ayant obtenu plus de 5 %, à la proportionnelle.

 

Voir toutes les actualités | Retour à l'accueil